La réforme de l’orthographe…

La réforme de l’orthographe imposée par Najat Vallaud-Bécassine, notre ministre de lÉducation nationale, prévoit de simplifier notre langue afin que les plus mauvais en orthographe n’’aient plus de complexes… En obligeant les plus doués à rejoindre le niveau des plus nuls.

Ainsi, le « ph » de « pharmacie » sera remplacé par un « f » pour donner « farmacie ». « Orthographe » sécrira « Ortografe » et « Analphabète » deviendra « Analfabète ».

Or, chaque mot prenant son sens dans ses racines, le mot « analphabète » est issu des deux premières lettres de l’alphabet Grec, « alpha » et « beta » précédées du préfixe privatif « an » qui lui donne son sens originel, à savoir : « qui ne connaît pas les lettres » donc qui ne peut ni lire, ni écrire.

Si désormais on écrit « analfabète », c’est différent. Dans ce cas, il faut revoir son étymologie et par conséquent, son sens. Donc :

« anal » : qui a rapport à l’anus,

« fa » : la quatrième note de la gamme

« bète » : personne un peu sotte.

Donc « analfabète » : Con qui fait de la musique avec son trou de balle.

(à ne pas confondre avec « les trous du cul » qui pondent « des réformes à la con » au ministère de lÉducation nationale)

ane-ena

Publicités
Cet article a été publié dans A Méditer, Des Lyres de Loup-blanc -04, Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour La réforme de l’orthographe…

  1. Francine dit :

    Toujours autant d’humour mon Grand Loup-Blanc d’Amour, merci pour ce moment de détente, JTM mon bébé coeur

  2. trigwen dit :

    Certes madame Vallaud-Belkacem aurait pu s’abstenir de mettre cette réforme en oeuvre. Cependant rendions lui justice : cette ministre n’est pour rien dans la réforme (idiote) de l’orthographe. «L’enseignement de cette ’orthographe rénovée a pour référence les rectifications orthographiques publiées par le Journal officiel de la République française le 6 décembre 1990». L’Académie française les avait formulées en 1990 mais elles n’avaient été que très peu appliquées. Les recommandations du conseil supérieur de la langue française, validées par l’Académie française (et détaillées dans le document de 1990) concernent plus de 2 000 mots, qui posséderont désormais deux orthographes. Les deux graphies seront acceptées, l’orthographe actuelle restant d’usage.
    Cependant, Hélène Carrère d’Encausse a semblé faire machine arrière en expliquant que, à l’époque, l’Académie n’aurait avalisé ladite réforme que du bout des lèvres… Une prudence qu’ont partagée les éditeurs de dictionnaires, plus prompts à annoncer l’arrivée de nouveaux vocables que de plastronner sur l’éventuelle introduction des milliers de mots rectifiés en 1990.
    La généralisation lors de cette rentrée n’a rien à voir avec l’Education nationale et a été décidée par les éditeurs. Les programmes scolaires français ont d’ailleurs adopté cette rectification de l’orthographe dès 2008, mais de manière plus discrète.
    Cependant ta petite explication ridiculise à juste titre (d’après moi) une réforme qu’on aurait pu laisser de côté. Au moment où on parla de mettre cette réforme en oeuvre, certaines personnes ont réagi comme celui-ci qui écrivit : «Je vais me faire un petit jeûne » et « Je vais me faire un petit jeune ».
    C’est dire si les Français lettrés et amoureux de leur langue ont été choqués par cette réforme et sont monté au créneau pour dire leur mécontentement.
    Salut à toi mon copain de¨Provence, province dont je garde un excellent souvenir. Je t’en parle dans ton billet précédent lorsque tu parles de la Provence du Loup Blanc.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s