La cigale et la fourmi comme on la raconte en Provence…

La lecture sera difficile pour ceux qui habitent au dessus d’Avignon !

Zézette, une cagole de l’Estaque, qui n’a que des cacarinettes dans la tête, passe le plus clair de son temps à se radasser la mounine au soleil ou à frotter avec les càcous du quartier.
Ce soir-là, revenant du baletti ou elle avait passé la soirée avec Dédou, son béguin, elle rentre chez elle avec un petit creux qui lui agace l’estomac.
Sans doute que la soirée passée avec son frotadou lui a ouvert l’appétit, et ce n’est certainement pas le petit chichi qu’il lui a offert, qui a réussi à rassasier la poufiasse.
Alors, à peine entrée dans sa cuisine, elle se dirige vers le réfrigérateur et se jette sur la poignée comme un gobi sur l’hameçon.
Là, elle se prend l’estoumagade de sa vie.
Elle s’écrie :
– « Putain la cagade ! y reste pas un rataillon, il est vide ce counas ! »
En effet, le frigo est vide, aussi vide qu’une coquille de moule qui a croisé une favouille. Pas la moindre miette de tambouille.
Toute estransinée par ce putain de sort qui vient, comme un boucan, de s’abattre sur elle, Zézette résignée se dit :
–  » Tè vé, ce soir pour la gamelle, c’est macari, on va manger à dache « .
C’est alors qu’une idée vient germer dans son teston.

 « Et si j’allais voir Fanny ! se dit-elle « .
 » En la broumégeant un peu je pourrai sans doute lui resquiller un fond de daube « .
Fanny c’est sa voisine. Une pitchounette brave et travailleuse qui n’a pas peur de se lever le maffre tous les jours pour remplir son cabas. Aussi chez elle, il y a toujours un tian qui mijote avec une soupe au pistou ou quelques artichauts à la barigoule.
Zézette lui rend visite.

–  » Bonsoir ma belle, coumé sian ! Dis-moi, comme je suis un peu à la dèche en ce moment, tu pourrais pas me dépanner d’un péton de nourriture ! Brave comme tu es, je suis sûre que tu vas pas me laisser dans la mouscaille !  »
En effet, Fanny est une brave petite toujours prête à rendre service.
Mais si elle est brave la Fanny elle est aussi un peu rascous et surtout elle aime pas qu’on vienne lui esquicher les agassins quand elle est en train de se taper une grosse bugade; ça c’est le genre de chose qui aurait plutôt tendance à lui donner les brègues…
Alors elle regarde Zézette la manjiapan et lui lance:

–  » Oh collègue ! Tu crois pas que tu pousses le bouchon un peu loin ? Moi !!!, tous les jours je me lève un tafanari comaco pour me nourrir ! et toi pendant ce temps là, qu’est-ce que tu fais de tes journées?
–  » Moi !!???? « , lui répond la cagole
 » J’aime bien aller m’allonger au soleil ! ça me donne de belles couleurs et ça m’évite de mettre du trompe couillon. « 
–  » Ah ! Tu aimes bien faire la dame et te radasser la pachole au soleil, et bien maintenant tu peux te chasper.
  » Non mais ???!!!! , qu’es’aco ? C’est pas la peine d’essayer de me roustir parce que c’est pas chez moi que tu auras quelque chose à rousiguer, alors tu me pompes pas l’air, tu t’esbignes et tu vas te faire une soupe de fèves. »

* Texte de Caldi Richard

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Contes et légendes du Loup-Blanc . . .. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour La cigale et la fourmi comme on la raconte en Provence…

  1. lol sympas comme tout cette version aussi !!!!
    bien le bonjour pour toi et ta licorne mister Loup-blanc
    et au plaisir de ta venue dans mon antre
    bien amicalement d’un gael sous la pluie brestoise

  2. prunelles dit :

    Bons Jours Loup Blanc

  3. harleyte dit :

    Et si j’te disais que je prefère cette version ??

  4. trigwen dit :

    Délicieuse version qui sent bon le soleil, la farigoulette et lamarjolaine. Ayant eu la chance d’avoir un oncle qui avaient quitté notre Betagne pour la Provence du côté de Bandol, ils nous a appris quelques mots très imagés de ta province !
    Au bout de 15 ans, ma tante et lui avaient attrapés l’assent, pécaïre ! Par plaisir, je me suis amusé à traduire cette version et j’ai appris d’autres mots qui m’ont bien fait m’estrasser.
    Une excellente idée que d’avoir mis cette version sur ton espace mon cher Loup plus blanc que Blanc ! Vaï, n’ia proun, je m’escape. Adessias !

  5. loupblanc04 dit :

    Quel talent mon cher Trigwen: Tu es un poème à toi tout seul, amitiés et merci pour ta verve 😉

  6. amourencage dit :

    Super cette nouvelle fable raconté par toi MDR
    et bien trouvé bisous de Champagne belle soirée

    http://www.hiboox.fr/go/images/image-perso/amour,a402f508a24b5e24cc21b8a5a47ffa5d.jpg.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s