La Nanoseconde Loup-Phoque du Loup-Blanc du dimanche 05/09/10

 

 

 

 
 
 
 
    Une P’tite pour la route….   
 
 
 
 
 

Devant un magasin fermé à la pause de midi à Marrakech, il ya une longue file d’attente. Un gars se pointe et double tout le monde. Les premières personnes de la file l’attrapent, le démontent et le jette au bout de la file..Le gars se relève et redouble tout le monde..

Une fois de plus il se fait attraper, se fait casser la figure et on le jette à la fin de la file….

Le mec, têtu se relève et redouble encore une fois tout le monde…

Jamais 2 sans 3 il goûte au même tarif… Le nez en sang tout sale, le mec se lève et cri….:

         EH BAH WALLAH J’OUVRE PAS LE MAGASIN!!

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Publicités
Cet article a été publié dans La minute Loup-Phoque du Loup-Blanc !. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour La Nanoseconde Loup-Phoque du Loup-Blanc du dimanche 05/09/10

  1. ஐﻬღ..♪♫♥ Biquette dit :

    Elle est sympa celle-ci !!! Mdr!!*Et vive les morpions !!!Belle semaine à venir et bisous !

  2. MANIK dit :

    Ben alors c\’est comme l\’ouverture des solde a carrefour la queu heureusement il ouvre de l\’interieur lol !!sinon ceserais pareil pauvre mec lol bisous et bonne soirée les amoureux

  3. MANIK dit :

    En plus tu ma refilé ta bébete ça gratte partout lol !!!Bey bisous

  4. Ambre dit :

    PTDR !!! Trop fort cette blague ! J\’adore ! Merci pour le fou rire !Bisous vous !

  5. Yann dit :

    Excellente cette histoire et quelle persévérance ! Normal pour un commerçant qui veut faire son chiffre d\’affaires ! Par contre je ne te remercie pas pour ton cadeau du week-end : je me serais amplement passé de ce genre de bestiole sourtnoises !

  6. Yann dit :

    Et vu ce cadeau si agréablement reçu, je t\’en envoie un bien mérité … Et encore, je me suis retenu parce qu\’il peut se trouver sur cet espace des dames et des âmes sensibles. Donc : "Oh muse prête moi ta lyre afin qu’en vers je puisse dire un des combats les plus fameux qu’il y eut jamais sous les cieux. A cheval sur une roupette, tenant à la main une lorgnette, le capitaine des morpions examinait les positions

  7. Loup-Blanc dit :

    La bataille fut gigantesque, tous les morpions moururent ou presque, à l\’exception des plus trapus qui s\’accrochèrent au poils du…Oups ;o)))

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s