Plein phare sur mon Ami et Poète Breton Yann Trigwen

 
Yann Trigwen, Breton immigré trop loin de sa terre natale dans le cadre de la
coopération Franco-Bretonne, chez lui "La poésie vogue en Liberté et Le temps passe survivent les mots car être écrivain, c’est errer dans l’espace avec un crayon."
 
Déjà connu de nombre de Blogueurs pour ses aventures des  MYSTERES EOLIENS 
avec le fameux goéland " Bécauvent ", il s’illustre avec des poèmes  magnifiques qui
vous saisissent aux tripes… Bref ce soir, avec son autorisation, je vous présente donc ce magnifique texte, en espérant vous avoir donné envie de mieux le connaître, son
 
                   

 

 

 

 
 
                                             Vacances voluptueuses
 
                           I      Un matin, sortir des draps de langueur
                                  Et choisir l’évasion, des vacances
                                  Décider sur un immense élan du coeur
                                  De partir pour une délicieuse errance.
                                  Sur un navire battant pavillon d’espérance       
                                  S’évader enfin toutes voiles dehors
                                  Gonflées par un zéphyr  d’attirance
                                  Avec l’aspiration d’arriver à bon port.
                                  Naviguer à vue au large de tes charmes,
                                  Guetter à l’horizon tes formes tropicales
                                  Sans que jamais l’impatience ne désarme
                                  Et chercher le lieu d’un ancrage final.
 
                          II      En partance pour des vacances vers toi,                             
                                  Débarquer à la conquête de tes rivages        
                                  Et enfin m’amarrer à un des tes appâts
                                  Avec la certitude d’un heureux présage.
                                  Poser mes sens et laisser une empreinte
                                  Puis errer sur le désert brûlant de ta peau,
                                  Me perdre dans tes infimes labyrinthes
                                  A la recherche de tes plus beaux joyaux.     
                                  Devenir découvreur de tous tes dédales,               
                                  Jouer mon coeur assoiffé de tendresse
                                  Et partir pour une quête sentimentale                                                  
                                  A la conquête avouée de tes richesses.
 
                          III       A la poursuite de tes envies fébriles,                                                  
                                  Avancer, tâtonner, aventurier infatigable,
                                  Attendre un frisson, un signe subtil
                                  Qui me laissera croire alors à l’incroyable.
                                  Vagabonder vers la profondeur de tes yeux                              
                                  Pour un long et langoureux bain de nuit
                                  Nager dans ta plus anodine larme de feu
                                  Et l’évaporer d’un rayon de tendresse acquis.
                                  Me reposer à la chaleur de ta peau en fièvre,
                                   Etendu aux pieds de tes charmes alchimiques,
                                  M’attarder sur la chaude plage de tes lèvres
                                  Et rêver à de longues vacances féeriques.
 
                          IV     M’égarer puis m’orienter au son de ta voix,
                                  Somnoler dans un recoin de tes mystères
                                  Aspirer à cette île qui me dicte sa loi
                                  Nourri de l’espoir de la conquérir entière. 
                                  T’explorer, chercher tes intimes cachettes
                                  Me hasarder sur ce qui te fait tressaillir
                                  Et bivouaquer le long de tes envies secrètes
                                  Pour étudier la carte de tes intimes désirs,
                                  Parchemin soyeux riche d’enseignement                 
                                  Musarder au hasard, suivre tes frissons,
                                  Prêter l’ouïe au chant de ton souffle confident
                                  Pour trouver la piste qui mène à la déraison.
 
                          V      Alors, bercé par l’onde de tes reins sismiques,
                                  Sentir le battement des ailes de ton désir       
                                   Et deviner l’envol d’une jouissance mélodique
                                   Préludes à l’avènement d’un attendu plaisir.
                                  Me reposer au bord de ton ardente fourrure
                                  Pour écouter ton corps libérer un chant estival,
                                  Me lover aux creux d’une aimante cambrure
                                  Et saisir les notes de tes plaintes virginales,
                                  Guetteur d’un appel noyé dans tes cris libérés.
                                  Arpenter les méandres de ton extase montante
                                  Pour atteindre les sommets de tes sens exultés
                                  Au rythme de tes entrailles tressaillantes.
 
                        VI       Traverser les fourrés de plaintes duettistes
                                  Et m’aventurer dans ton triangle sylvestre,
                                  Roder dans tes dédales, suivre enfin la piste
                                   Et sentir naître une plainte que je séquestre.
                                  Découvrir derrière ton humide luxuriance                        
                                  La quiétude et la suave chaleur d’un Eden,
                                  Franchir les portes de ton oasis sans défense
                                  Pour m’y fondre dans un plaisir amène 
                                  Voyager entre tes jambes offertes équatoriales,
                                  Me laisser capturer par tes dernières plaintes
                                  Et t’accompagner vers notre aventure finale
                                  Aveuglés, extrémistes, libres et sans contrainte.
 
 
                       VII       Partir avec toi dans une lente métamorphose,
                                  Dans les bras de mon plaisir serrer ta félicité,
                                  Nous évanouir ensemble dans une apothéose
                                  Et nous confondre dans un dernier cri partagé.
 
           
                                                             © Yann Brugenn
                                                         16 – 20 septembre 2006
 
 
 
 
Publicités
Cet article a été publié dans Coup de coeur. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Plein phare sur mon Ami et Poète Breton Yann Trigwen

  1. bibialien dit :

    Il a une jolie fibre poétique ton ami bretonPlein de sensibilité et de grâce, j\’aime beaucoupBisous RP et bon jeudi

  2. Yann dit :

    Un grand merci ! C\’est trop d\’honneur ! Le rimailleur amateur que je suis se sent tout "chose". Si ça continue, je vais être obligé de me regarder dans la glace chaque matin pour être certain que ma tête n\’aura pas enflé… Salut à toi ô Vénérable Loup Blanc méridional ! Trigwen

  3. ♥ Sonia dit :

    Wow! J\’aime beaucoup! Il sait jolimentjouer avec les mots ton ami!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s