Le plancher de Jeannot

 
Décembre 2008, lors d’un stage sur Paris, j’ai remarqué :
 
            " Le Plancher de Jeannot "
 
 
Sur le trottoir de la rue Cabanis dans le 14e arrondissement
(en face d’un centre d’hébergement international) Des panneaux
sous verre, nous laissent lire des phrases hallucinantes exhibées à tous : Un plancher de 16 m² en bois gravé avec rage, telle une mystérieuse prophétie, cette pièce unique évoque les délires d’un jeune homme au destin incroyable. En l’exposant pour la première fois au public, l’hôpital espère aussi changer notre regard sur la folie et
la souffrance.
 
 
Le message de Jeannot : « La religion a inventé des
machines à commander le cerveau des gens et bêtes et avec
une invention à voir notre vue à partir de rétine de l’image
de l’œil abuse de nous santé idées de famille matériel biens
pendant sommeil nous font toutes crapulerie l’Eglise après
avoir fait tuer les juifs à Hitler a voulu inventer un procès
type et diable afin prendre le pouvoir du monde et imposer
la paix aux guerres l’Eglise a fait les crimes et abusant de
nous par électronique nous faisant croire des histoires et
par ce truquage abuser de nos idées innocentes religion a
pu nous faire accuser en truquant postes écoute écrit et
inventer toutes choses qu’ils ont voulu et depuis 10 ans
et abusant de nous par leur invention a commandé cerveau
et à voir notre vue a partir image rétine de l’œil nous faire
accuser de ce qu’il nous font à notre insu c’est la religion
qui a fait tous les crimes et dégâts et crapulerie nous en
a inventé un programme inconnu et par machine à
commander cerveau et voir notre vue image rétine œil…
Nous faire accuser nous tous sommes innocent de tout
crime tort à autrui nous Jean Paule sommes innocents
nous n’avons ni tué ni détruit ni porte du tort à autrui
c’est la religion qui a inventé un procès avec des machines électroniques à commander le cerveau sommeil pensées
maladies bêtes travail toutes fonctions du cerveau nous
fait accuser de crimes que nous n’avons pas commis la
preuve les papes s’appellent Jean XXIII au lieu de XXIV
pour moi et Paul VI pour Paule l’Eglise a voulu inventer
un procès et couvrir les maquis des voisins avec machine
à commander le cerveau du monde et à voir la vue image
de l’œil fait tuer les juifs à Hitler ont inventé crimes de
notre procès. »
 
 
 
 L’histoire du message de Jeannot : « Véritable œuvre
d’art d’un paysan béarnais qui a basculé dans la folie dans les
années 1960, atteint de schizophrénie.
L’histoire de cet homme est assez incroyable : adolescent
sans histoire, il part pour la guerre d’Algérie. En son absence,
son père se suicide. A l’âge de 20 ans, « Jeannot » revient ainsi s’occuper de la ferme, où sont restées sa mère et sa sœur aînée.
En une dizaine d’années, il va basculer dans la folie et toute la
famille va se renfermer sur elle-même, la ferme va péricliter, le
bétail et les cultures seront laissés à l’abandon. Tous les étrangers
sont chassés à coups de fusil, et Jeannot ne quittera jamais plus l’enceinte de la propriété. Lorsque sa mère décède en 1971, Jeannot
et sa sœur l’enterrent dans la maison, sous l’escalier, avec une bouteille de vin, un saucisson, de la laine et des aiguilles à tricoter. C’est alors qu’il grave entièrement le plancher de sa chambre avec
un couteau, y laissant des phrases dénonçant pêle-mêle la religion, Hitler, De Gaulle… Il ne survivra que quelques mois à sa mère, se laissant mourir de faim. Sa sœur aînée, Paule, restera 20 ans seule dans la maison, jusqu’à sa mort. Le plancher est finalement
découvert par le Dr Guy Roux au début des années 1990, qui le considère alors comme le témoignage unique de la souffrance
dans la folie. Petit à petit, le plancher acquiert rapidement le statut d’ « Art brut ».
Acquis par la firme Bristol-Myers Squibb en 2001, il est exposé
dans de nombreux lieux. Il est donc aujourd’hui installé à
l’hôpital Sainte-Anne, référence dans le traitement des maladies psychiatriques. Il entre ainsi dans le cadre d’un projet
de « faire tomber les murs » de l’établissement et d’y faire entrer
l’art. Le plancher est visible depuis l’extérieur de l’hôpital, rue
cabanis. »
 
Source : Conférence d’inauguration du Plancher de Jeannot, 14 juin 2007.
 
 
 
 
Publicités
Cet article a été publié dans Contes et légendes du Loup-Blanc . . .. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le plancher de Jeannot

  1. bibialien dit :

    Très fort ce témoignageJeannot a dû souffrir pour parler comme ça mais surtout finir ainsiLa religion est et restera la guerre de tous les maux inventée sans doute pour excuser les millions de morts pour rienComme c\’est désolant de penser qu\’encore aujourd\’hui de nombreux innocent meurent à cause d\’elleBon dimanche RP et gros bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s