La Légende de Woldietrich Loup d’Alzace

La légende raconte qu’au château de Sanech vivait la plus belle princesse d’Alsace, qui se prénommait Hildegonde, malheureusement son père, comme jaloux de son trésor, la gardait enfermée dans une tour du château qui était presque inaccessible.
Un glorieux héros eu vent de cette infortune, il s’appelait Hugdietrich et était l’un des plus braves chevaliers de la terre d’Alsace. Il alla jusqu’à Sanech, puis, se déguisant il entra dans le château puis du château il pénétra dans la tour et Hildegonde lui donna son cœur.
Un an plus tard, alors que Hugdietrich lui rendait fréquemment visite, elle fut terrifiée à l’idée que son père puisse tout découvrir.
Quelques nuits plus tard, une louve qui passait par-là fut attirée par le vagissement d’un petit enfant qui provenait du fossé du château, elle prit l’enfant abandonné et l’emmena auprès de ses louveteaux.
Durant un long moment elle s’occupa de l’enfant, celui-ci jouait avec les louveteaux ses "frères" mais un jour Hugdietrich qui passait vit l’enfant et le reconnu grâce au collier que sa mère lui avait laissé, son union avec Hildegonde ayant été reconnu depuis fort longtemps désormais, il prit l’enfant, l’emmena chez lui et l’appela Wolfdietrich
Malheureusement le pauvre enfant ne gagna rien et perdit beaucoup en passant de la société des loups à celle des Hommes, tous le haïssaient et l’appelaient "le loup". Finalement son père, un jour, appela un serviteur et lui dit "il faut nous débarrasser du loup, mène le dans la forêt et…"
Le serviteur compris, pris son épée et emmena l’enfant dans la forêt, mais il ne pu se résoudre à tuer l’enfant et le confia à un charbonnier dont la femme avait perdu son jeune enfant.
Wolfdietrich grandit rapidement, à neuf ans il était tellement fort que nul n’osait se mesurer à lui, il partit alors à l’aventure.
Peu de temps après, par un soir d’été, une fée lui apparut et le convia dans son palais, qui était remplis de délices innombrables. Mais Wolfdietrich résista à toutes les tentations, alors Norne, la reine de la montagne se révéla à lui et lui offrit un vêtement tissé par les Nixes qui avait la particularité de protéger de toutes les blessures.
Alors Wolfdietrich s’attaqua au dragon de la montagne voisine, être des plus redoutables, le combat s’engagea, terrible, sous un tilleul, le monstre enserra Wolfdietrich dans ses anneaux et s’apprêtait à le dévorer lorsqu’il se frayât un chemin à coups d’épée au travers du corps de la bête et reparut inondé de sang de la tête aux pieds exceptée à un seul endroit où une feuille de tilleul s’était collée, ce bain de sang le rendit invincible.
En récompense de son exploit, Wolfdietrich épousa Sidrata, la plus belle des princesses, un jour celle-ci demanda à son époux comment cela se faisait-il qu’il était invincible, il lui raconta son combat et lui dit que le seul endroit où il pouvait être blessé était où la feuille de tilleul s’était collée en laissant une marque en forme de cœur.
Son épouse fidèle marqua cet endroit sur les vêtements cet endroit funeste et recommanda à l’écuyer de Wolfdietrich de veiller à ce qu’il ne reçut aucune blessure de ce coté.
Mais l’écuyer était un traître et lors d’une chasse il visa la marque et perça Wolfdietrich de sa lance qui en mourut.

D’aucun disent que c’est depuis ce jour qu’hurlent les loups dans les forêts, ils pleurent le grand Wolfdietrich et regrettent la méchanceté des Hommes.
Désormais si vous entendez un grand fracas d’armes dans la plaine d’Alsace, c’est que vous êtes à la veille d’une grande guerre car Wolfdietrich s’est réveillé pour prendre part au combat.

Note: Cette légende compte plusieurs versions, le récit que j’en ai fait ici mélange plusieurs de ces versions, la plus grande partie est néanmoins tirée du livre de Pierre Schmidt, "Histoires et légendes de l’alsace mystérieuse" parut aux éditions Sand.
Je n’ai trouvé trace de l’avant dernier paragraphe que dans une seule version dont je n’ai malheureusement pas retrouvé le nom de l’auteur.
Pour info, le dragon en question est sans doute une réplique de Nidhoff, le serpent géant des Nibelungen qui ronge les racines de l’Irmensul (l’arbre de vie, vénéré par les saxons).

VoiLoup emote_howl.gif emote_howl.gifemote_howl.gif Blanc 

 

                                                                      source : http://la-meute.org/forums/index.php?showtopic=9495&mode=threaded

 
Publicités
Cet article a été publié dans Contes et légendes du Loup-Blanc . . .. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour La Légende de Woldietrich Loup d’Alzace

  1. Amélie dit :

    Une bien triste légende  

  2. .. dit :

    C\’est comme les contes qu\’on nous lisait dans notre enfance avant de dormir, çà donne plus de cauchemards que çà fait effet de somnifères…Mais c\’est beau quand même !
    J\’aime mieux quand c\’est le "gentil" qui gagne !!!!
    Amitiés

  3. Petite Fée dit :

    Superbe belle légende, mais triste comme beaucoup de légendes…
     
    Que ta journée soit belle,
    Bises d\’une petite fée à un loup blanc…

  4. ♥ Petite Louve dit :

    Coucou!
     
    Triste cette légende, n\’est-ce pas? 
    Les loups qui pleurent leur grand ami,
    mort à cause de la méchanceté humaine…
     
    Bisous!
     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s